Sarah Sourbès, Psychologue-Sophro-relaxologue 

Cabinet Médical 55 rue principale, 64150 Lagor
+33 6 11 64 08 53
Aucun horaire
 

Sarah Sourbès, Psychologue-Sophro-relaxologue 

Du cercle parfait à l'imparfait du cercle

 

« La ligne droite n’a pas de mystère. Le mystère est dans la sphère ».

Thomas Mann (écrivain américain. Prix Nobel de Littérature).

 

  De la rondeur du ventre d’une femme enceinte qui porte la vie à-venir 

à celui du vieux sage qui arrive au terme de la sienne,

  de la rondeur du soleil, astre flamboyant qui trace dans le ciel, de l’aube au crépuscule, le demi-cercle invisible de nos jours,

à la lune à son plein, qui illumine nos nuits de sa douce et mystérieuse lueur d’argent,

  de la rondeur de la cellule qui constitue la vie 

à son coeur en son centre,

  de la rondeur de la Terre qui tourne inlassablement sur son axe

à la ronde des constellations autour de l’étoile polaire,

  de la rondeur de la fleur de lotus ou de rose, qui s’ouvre à l’aurore,

à la trace que laisse un caillou rond et plat à la surface de l’eau,

  de la rondeur qui réuni les hommes, mesurant le temps qui soumet toute chose au changement continuel, dans la roue du «Samsara»,

à l’harmonie contenue dans le dessin du mandala.

 

 

 Le cercle est la seule forme géométrique qui se retrouve de façon si banale et si surprenante dans la nature.

  Il a inspiré les hommes à travers l’espace, le temps, les civilisations : du calendrier aztèque, à l’union de la dualité du Ying et du Yang chinois, en passant par le tambour du chaman indien ou l’Ankh, symbole de vie des anciens égyptiens, le cercle a traversé les époques et les cultures.

 

  Sa forme achevée lui confère de nombreuses significations : celle de la protection, de l’équilibre, de la circulation de l’énergie, de l’échange équitable entre les hommes dans lequel chacun peut trouver sa place ( la Table Ronde du roi Arthur), celle de la boucle sans commencement ni fin de l’éternité. 

 

Que dire alors du cercle que représente l’enso ? 

 

  Ce « presque cercle » réalisé, à l’encre et au pinceau, par les moines lors de la méditation. Ce cercle inachevé qui n’est pas fermé et dont l’ouverture symbolise celle de l’esprit.  Ce cercle dont le tracé délimite non pas tant l’épaisseur de son trait, mais le vide autour et à l’intérieur de lui. Le vide l’entoure mais l’enso entoure aussi le vide. De ce vide naît la création, la forme qui ne fait qu’un avec lui.

 

 Epure ? Esquisse ? Peinture ? Dessin ? 

 

  Perfection de ce qui est pur et beau ou parfaite imperfection qui mène à l’équilibre : l’équilibre entre le visible et l’invisible, entre le plein et le vide, entre le parfait et l’imparfait, essence de la vacuité.

Courbe imparfaite, ébauche d’un cercle, il est « un  »:  répétitif et chaque fois unique, en étroite relation avec la singularité du moment et avec celle, non moins singulière, de l’intériorité de son auteur. Il est non reproductible, forme simple attachée à l’instant présent, comme nombre de nos gestes quotidiens. Mille fois recommencés, mille fois uniques.

 

  Ainsi est-il une invite à nous placer en tant qu’observateur au-delà des apparences, de notre égo, de notre désir d’idéal. Il nous incite à sortir de nous et à chercher un cercle plus large à explorer, celui du juste milieu en constante mutation. Dans ce mouvement perpétuel, penser l’avoir trouver serait se figer. 

 

  Lui délicat et insaisissable, nous, toujours à sa recherche avec modestie, humilité, tolérance, douceur. Accéder au mystère de l’enso sur le chemin de la voie du milieu.


Derniers articles

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par la Chambre Syndicale de la Sophrologie

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.